12 août 2013

Le poème d'Août

Télégramme de Dakar de Henri MIchaux Dans le noir, le soir, auto dans la campagne. Baobabs, Baobabs, baobabs, Plaine à baobabs. Baobabs beaucoup baobabs baobabs près. loin, alentour, Baobabs, Baobabs. Dans le noir, le soir, sous des nuages bas, blafards, informes, loqueteux, crasseux, en charpie, chassés vachement par vent qu'on ne sent pas, sous des nuages pour glas, immobiles comme morts sont les baobabs. Malédiction! Malédiction sur CHAM! Malédiction sur ce continent! Village village endormi village passe De... [Lire la suite]
Posté par -Arc-en-ciel- à 10:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

24 juillet 2013

Le poème de Juillet

Liberté de Paul Eluard Sur mes cahiers d’écolier Sur mon pupitre et les arbres Sur le sable de neige J’écris ton nom Sur toutes les pages lues Sur toutes les pages blanches Pierre sang papier ou cendre J’écris ton nom Sur les images dorées Sur les armes des guerriers Sur la couronne des rois J’écris ton nom Sur la jungle et le désert Sur les nids sur les genêts Sur l’écho de mon enfance J’écris ton nom Sur les merveilles des nuits Sur le pain blanc des journées Sur les saisons fiancées J’écris ton nom Sur tous mes chiffons... [Lire la suite]
Posté par -Arc-en-ciel- à 17:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
12 juin 2013

Le poème de Juin

Le lac Ainsi, toujours poussés vers de nouveaux rivages,Dans la nuit éternelle emportés sans retour,Ne pourrons-nous jamais sur l'océan des âgesJeter l'ancre un seul jour ?Ô lac ! l'année à peine a fini sa carrière,Et près des flots chéris qu'elle devait revoir,Regarde ! je viens seul m'asseoir sur cette pierreOù tu la vis s'asseoir !Tu mugissais ainsi sous ces roches profondes,Ainsi tu te brisais sur leurs flancs déchirés,Ainsi le vent jetait l'écume de tes ondesSur ses pieds adorés.Un soir, t'en souvient-il ? nous voguions en... [Lire la suite]
Posté par -Arc-en-ciel- à 18:10 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
27 mai 2013

Le poème de Mai

C'est un trou de verdure où chante une rivière Accrochant follement aux herbes des haillons D'argent ; où le soleil de la montagne fière, Luit ; C'est un petit val qui mousse de rayons. Un soldat jeune bouche ouverte, tête nue, Et la nuque baignant dans le frais cresson bleu, Dort ; il est étendu dans l'herbe, sous la nue, Pale dans son lit vert où la lumière pleut. Les pieds dans les glaïeuls, il dort. Souriant comme Sourirait un enfant malade, il fait un somme : Nature, berce-le chaudement : il a froid. ... [Lire la suite]
Posté par -Arc-en-ciel- à 18:31 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
09 avril 2013

Le poème d'Avril

Honneur de nouveau à Charles Baudelaire dont aujourd'hui c'est l'anniversaire ! L'invitation au voyage Mon enfant, ma soeur,Songe à la douceurD'aller là-bas vivre ensemble !Aimer à loisir,Aimer et mourirAu pays qui te ressemble !Les soleils mouillésDe ces ciels brouillésPour mon esprit ont les charmesSi mystérieuxDe tes traîtres yeux,Brillant à travers leurs larmes.Là, tout n'est qu'ordre et beauté,Luxe, calme et volupté.Des meubles luisants,Polis par les ans,Décoreraient notre chambre ;Les plus rares fleursMêlant leurs odeursAux... [Lire la suite]
Posté par -Arc-en-ciel- à 18:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
11 mars 2013

Le poème de Mars

Demain dès l'aube... de Victor Hugo Demain, dès l'aube, à l'heure où blanchit la campagne,Je partirai. Vois-tu, je sais que tu m'attends.J'irai par la forêt, j'irai par la montagne.Je ne puis demeurer loin de toi plus longtemps.Je marcherai les yeux fixés sur mes pensées,Sans rien voir au dehors, sans entendre aucun bruit,Seul, inconnu, le dos courbé, les mains croisées,Triste, et le jour pour moi sera comme la nuit.Je ne regarderai ni l'or du soir qui tombe,Ni les voiles au loin descendant vers Harfleur,Et quand j'arriverai, je... [Lire la suite]
Posté par -Arc-en-ciel- à 17:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
11 février 2013

Le poème de Février

L'Albatros de Charles Baudelaire (extrait des Fleurs du Mal)  Souvent, pour s'amuser, les hommes d'équipage Prennent des albatros, vastes oiseaux des mers, Qui suivent, indolents compagnons de voyage, Le navire glissant sur les gouffres amers. A peine les ont-ils déposés sur les planches, Que ces rois de l'azur, maladroits et honteux, Laissent piteusement leurs grandes ailes blanches Comme des avirons traîner à côté d'eux. Ce voyageur ailé, comme il est gauche et veule ! Lui, naguère si beau, qu'il est comique et... [Lire la suite]
Posté par -Arc-en-ciel- à 17:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]