Un livre de moins dans ma PAL ! Acheté il y a peu (voir IMM de Juillet), j'avais vraiment hâte de le commencer !

Le jour de leur mariage, les parents de cette famille nombreuse décident d'avoir 12 enfants. En 17 ans, 12 petites têtes blondes ou rousses voient le jour. Le père de famille, ingénieur-conseil sur l'étude du mouvement dirige d'une main de fer toute sa famille.

Treize à la douzaineCe livre m'a énormément plu, j'ai vraiment passé un super moment avec ce livre. Premièrement, il est très drôle car le père fait des plaisanteries en permanence... et les enfants aussi ! Certains des enfants sont même des grands farceurs, pour le plaisir du lecteur. L'organisation scientifique du travail, appliquée à la famille nombreuse est aussi plutôt surprenante. Les méthodes d'apprentissage sont aussi très étonnantes, comme quand le père décide d'apprendre à ses enfants l'alphabet morse en peignant l'alphabet sur le plafond des chambres et en leur posant des énigmes. Sur le style, je n'ai pas grand chose à dire : c'est bien écrit mais je n'ai pas trouvé de "plume" particulière.

Deuxièmement, sur l'édition que j'avais, j'ai pu trouver quelques coquilles (fautes de frappes) et des erreurs de traduction qui m'ont un peu gênée, mais ça ne c'est pas reproduit trop souvent, donc j'ai pu supporter plus facilement. C'est aussi lié à l'édition, mais à la fin, il y avait une partie avec des compléments (jeux, approfondissements) que j'ai trouvé plutôt intéressante. Petite précision, ce livre est un roman autobiographique car Ernestine et Frank Gilbreth racontent leur enfance dans cette famille de douze enfants qu'a été la leur.

Ce livre m'a conquise, j'avais déjà envie de le lire depuis un moment et je le conseille aux petis comme aux grands !